A 19 ans, il invente une machine à nettoyer les océans

A 19 ans, il invente une machine à nettoyer les océans

Un jeune néerlandais étudiant en aérospatial a imaginé une machine capable de purger en une dizaine d’années nos océans des tonnes de déchets qui les habitent. Son concept est aujourd’hui validé par une étude de faisabilité.

Comme ça, Boyan Slat ne paie pas de mine. Pourtant, sous l’épaisse couche de cheveux de ce jeune Néerlandais de 19 ans se cache un cerveau brillant, et ses yeux bleus comme l’océan pétille d’intelligence. Depuis trois ans, l’étudiant en aérospatial s’est donné pour mission de purger les mers des tonnes de déchets qui les habitent. Rien que ça. Aujourd’hui, après avoir fait la une des médias l’année dernière, ce génie en herbe revient sur le devant de la scène avec cette fois un gage de crédibilité scientifique : une étude de faisabilité vient en effet de valider son concept, qui pourrait permettre de débarrasser le Pacifique de la moitié de ses déchets plastiques en dix ans, soit 70 millions de kilos.

Le système qu’il a mis au point est en fait assez simple, conceptuellement parlant : une sorte d’immense barrage qui collecte les déchets grâce à un assemblage de tuyaux-bouées maintenus par des panneaux immergés de trois mètres. Selon les experts, ce système filtrerait même les bouts de plastiques les plus fins tout en préservant la faune et la flore océaniques. Plutôt que de le faire fonctionner à l’aide d’une énergie coûteuse, Boyan Slat a imaginé d’utiliser la force des courants océaniques pour drainer les déchets à lui.

2 millions de dollars pour lancer le projet

La fondation The Ocean Cleanup, que le jeune homme a lancée en 2013, rassemble aujourd’hui une centaine de volontaires qui travaillent sur le projet, et espère récolter 2 millions de dollars en 100 jours (si vous voulez contribuer,c’est par ici). Objectif : mettre au point une plateforme pilote dans les trois à quatre prochaines années afin de commencer à nettoyer nos océans.

Et la tâche est immense : cinq gyres océaniques, d’immenses tourbillons permanents répartis dans les cinq océans de la planète, emprisonnent des tonnes de déchets de plastique qui mettent entre 50 et 1 000 ans à se décomposer. Le plus connu étant le funeste 7e continent, un océan de déchets grand comme approximativement deux fois le Texas, selon les estimations. Avec les moyens actuels, il faudrait plusieurs milliers d’années pour tout récupérer. Quelques dizaines, si l’invention de Boyan Slat touchait à son but.

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]