link

Une finaliste de Miss Canada boycotte Israël

Audacieuse, la jeune Hala Yassin, qui se présente samedi soir à la finale de l’élection de Miss Canada, dans le but ouvertement déclaré d’y promouvoir la cause du peuple palestinien et le boycott de l’apartheid israélien.

« Si je gagne, je vais porter fièrement ma couronne sur un bateau vers Gaza, lors des manifestations pour la justice sociale et contre l’austérité », explique Hala, finaliste de Miss Canada, ingénieure civile et membre du conseil d’administration de PAJU (Palestiniens et Juifs Unis).

Évaluant ses chances de gagner ce samedi 5 mars, elle demande : « Est-ce que Miss Canada veut de ce genre de publicité ? Miss Canada appelant au boycott d’Israël ? Je ne pense pas. Mais j’utilise la plate-forme pour diffuser mon message de solidarité. Je m’en fous pas mal de gagner » affirme-t-elle.

« Dans plusieurs pays du monde on tente d’interdire cette campagne en disant qu’elle est raciste et antisémite. Mais le boycott est comme une grève pacifique. Nous ne tuons personne, nous ne faisons de mal à personne, nous voulons seulement attirer l’attention sur la justice internationale. Le boycott est un droit démocratique, c’est une forme de liberté d’expression et notre groupe (PAJU) ne revendique pas seulement le boycott d’Israël, mais également celui de l’Arabie Saoudite. Cela fait-il de moi une antimusulmane et une antisémite ? Le président de PAJU est juif. Ces étiquettes n’ont aucun rapport. »

L’initative de Hala est d’autant plus la bienvenue qu’elle suit de peu l’adoption, la semaine, par un parlement canadien à la botte du gouvernement israélien, d’une motion tentant de criminaliser la solidarité avec le peuple palestinien, et le mouvement BDS en particulier.

Hala Yassin est bien consciente du caractère mercantile de ces concours de miss, puisque le système repose sur l’achat de votes par le public. Peu désireuse de gagner, elle invite au contraire les gens qui se reconnaissent dans son message à faire des dons à des associations caritatives plutôt que de payer pour l’élire.

Miss Canada ou pas, nous serons tous d’accord pour décerner, haut la main, le titre de miss BDS à cette jeune femme courageuse.

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]