Adlène Hicheur, un physicien franco-algérien, expulsé du Brésil

Adlène Hicheur, un physicien franco-algérien, expulsé du Brésil

Par Lila Ghali /algerie1 -Les autorités brésiliennes ont expulsés le physicien franco-algérien Adlène Hicheur qui a été escorté par la police fédérale à l’aéroport international Tom Jobim/Galeao, où il est monté à bord d’un vol à destination de la France, selon le journal « O Globo », se référant à un communiqué de l’université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) qui l’employait en tant que professeur chercheur.

« La direction de l’UFRJ a été surprise ce vendredi par l’avis d’expulsion immédiate du professeur invité Adlène Hicheur, chercheur à l’Institut de Physique », écrit l’Université dans le même communiqué diffusé sur son site internet. Celle-ci fait en outre part de son « extrême inquiétude », déplorant l’absence de « justifications claires » et de respect des « principes démocratiques de base, comme le droit à la défense » dans cette affaire.

« La demande de renouvellement du contrat du professeur Adlène Hicheur a été analysée par plusieurs confrères de l’UFRJ et approuvée par l’Université », ajoute l’institution qui souligne que le Franco-Algérien a été l’auteur d’ »articles et (de) découvertes importants dans la physique des particules ». L’UFRJ s’est dite préoccupée de l’expulsion du professeur alors que le Conseil de l’université avait approuvé le renouvellement de son contrat.

Ce natif de Sétif où il né en 1976, avait été condamné en 2012 à cinq ans de prison, dont un avec sursis, pour avoir préparé en 2009 un attentat en France lors de conversations sur internet avec un membre d’AQMI, Mustapha Debchi. Au moment des faits, Adlène Hicheur travaillait au centre européen de recherche nucléaire (CERN) à Genève.

Après avoir purgé deux ans et demi en détention préventive et bénéficié de remises de peines, Hicheur a été libéré quelque temps après sa condamnation en 2012 et s’est installé au Brésil une année plus tard où il a commencé à enseigner à l’Université fédérale de Rio.

En janvier dernier, le magazine brésilien « Epoca » avait suscité la polémique en consacrant un article à la présence de Hicheur au Brésil, en relevant que le chercheur condamné pour avoir planifié des attentats en France était surveillé par la police fédérale et l’Agence brésilienne du renseignement (Abin).

Vendredi, le gouvernement fédéral a annoncé le renforcement de son dispositif de sécurité pour les jeux Olympiques de Rio (5-21 août) au lendemain de l’attentat de Nice qui a fait 84 morts et plusieurs dizaines de blessés, et qui a été revendiqué samedi par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]