Le buzz des Etats-Unis : plusieurs nationalités bientôt privées d’accès dans le pays

Pendant la campagne, Donald Trump avait fait miroiter la perspective d’interdire l’entrée de musulmans sur le territoire américain. Les mesures prévues ce mercredi en constituent une version édulcorée, certainement plus acceptable d’un point de vue constitutionnel. Le président veut également réduire de manière drastique, voire totalement interdire l’accueil de nouveaux réfugiés. Il veut aussi réduire l’accès aux « green cards » permettant de travaillant sans visa dans le pays.

Le 45e président de l’histoire américaine a par ailleurs indiqué que la question du mur entre le Mexique et les Etats-Unis sera au menu du jour. “Parmi beaucoup d’autres choses, nous allons construire le mur !”, s’est-il exclamé Twitter, sans donner de détails.

Donald Trump est par ailleurs sur le point de nommer un nouveau juge à la Cour suprême. Il promet d’officialiser son choix la semaine prochaine. Cette décision est hautement stratégique car elle permettra aux conservateurs de reprendre le pouvoir au sein de la plus haute juridiction d’Etat. Depuis le décès du juge Antonin Scalia l’an dernier, elle est composée d’autant de progressistes que de conservateurs (4 contre 4), ce qui empêche toute décision dans un sens comme dans l’autre.

Le nouveau président ne cache pas vouloir nommer un juge « anti-avortement ». Il espère revenir ainsi sur l’arrêt Roe v. Wade qui reconnaît l’avortement comme un droit constitutionnel, imposé aux 50 Etats du pays. Deux hommes s’affrontent dans la dernière ligne droite. Le premier s’appelle William Pryor. C’est un protégé du futur ministre de la Justice, Jeff Sessions – ayant longtemps été son adjoint dans l’Alabama. Il est ouvertement opposé à l’avortement et aux droits des homosexuels. Il a défendu une loi texane considérant l’homosexualité comme un crime aux « conséquences physiques et spirituelles délétères ». L’arrêt Roe v. Wade constitue, à ses yeux, « la pire abomination que le droit constitutionnel ait produit de notre histoire ». « Cela a mené au massacre de millions d’enfants innocents n’ayant pas pu naître. »

Le second prétendant à la Cour Suprême s’appelle Neil Gorsuch. Diplômé de Columbia, Harvard et Oxford, il est lui aussi ultra-conservateur : il a pris la défense des patrons refusant de financer la contraception de leurs salariés dans le cadre de la nouvelle assurance-santé, à partir du moment où ils mettaient en avant des objections religieuses. Erudit et tempéré dans ses prises de parole, il a plus de chances que William Pryorde de séduire les sénateurs chargés de valider sa nomination.

Lesechos/Lucie Robequain

 

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]