Clandestin en Algérie ! L’impossible retour en France du vénérable Ahmed Sidhoum

M. Ahmed Sidhoum est un retraité qui va sur ses 75 ans. Actuellement à Oran il est dans l’impossibilité de regagner son domicile en France et de retrouver sa femme et ses six enfants.

De nationalité algérienne, Ahmed Sidhoum est arrivé sur le territoire français en août 1959, il y a vécu avec son épouse et ses enfants toute sa vie, ponctuée de visites familiales estivales en Algérie.

Il est entré en Algérie en 2007 pour des vacances comme depuis des années. Sauf que cette fois-là il s’y est fait agressé et l’ensemble de ses documents d’identité lui ont été dérobés. Le vénérable retraité se retrouve désemparé. Depuis, il ne peut plus repartir en France.

Souffrant de dégénérescence et de troubles psychologiques et analphabète, il a été dans l’incapacité psychique et matérielle de renouveler ses papiers d’identité et notamment sa carte de résident algérien de 10 ans. Dès lors, comme pour lui le glissement vers un calvaire innommable. L’âge, la solitude et l’ignorance ont fait leur oeuvre sur cet homme pris en otage en Algérie par une situation ubuesque.

Comble de l’ironie, les autorités algériennes ont refusé de lui renouveler son passeport afin qu’il puisse regagner son foyer en région parisienne, prétextant qu’il était clandestin. Clandestin dans son propre pays ! Hallucinant !

Son épouse, dévouée, ayant plusieurs enfants mineurs à l’époque, a remué ciel et terre pour lui renouveler son passeport algérien en Algérie, chose qu’elle n’a obtenu qu’en 2016. Mais les problèmes étaient loin de finir pour ce couple.

Les autorités françaises au niveau du Consulat général d’Oran refusent de lui délivrer un visa de retour alors même qu’il possède son domicile en France. Pourtant Ahmed Sidhoum continue de payer le loyer, il y perçoit une retraite respectable lui permettant de vivre dignement et de manière stable et continue sur le sol français. Il possède par ailleurs une carte vitale lui permettant de s’y faire soigner dans des conditions humaines avec un corps médical maitrisant sa pathologie clinique. Tous ces éléments ne suffisent pas à sortir ce vénérable homme de cet imbreglio administratif et juridique.

M. Sidhoum vit actuellement dans un état précaire et n’a plus aucune autonomie. Une action urgente doit être diligentée afin que son cas soit pris en charge dans les plus brefs délais. Sa famille en France est impuissante à le ramener tout seule. Elle considère ce drame familial comme une injustice criante dont elle se considère également victime.

Un appel au secours et à l’humanisme est lancé auprès des autorités françaises au niveau du Ministère des Affaires Etrangères français ainsi qu’auprès du Consulat de France à Oran afin que la situation de M. Ahmed Sidhoum soit prise en considération et réglée définitivement afin qu’il puisse regagner son domicile et l’ensemble de sa famille en France.

L’association Addra

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]