La chaîne saoudienne Al-Arabiya se livre à un étrange exercice pour nuire à l’ANP

La chaîne saoudienne Al-Arabiya se livre à un étrange exercice pour nuire à l’ANP

Le média saoudien Al-Arabiya s’est livré à un étrange exercice, consistant à faire un bilan des accidents d’appareils militaires de l’armée de l’air algérienne. Sa recherche remonte jusqu’à 2010, dans une tentative évidente d’établir une série qui caractériserait ces incidents pour en suggérer une interprétation tendancieuse, malveillante à l’égard de notre pays. Pour les Saoudiens, qui veulent ainsi donner une mauvaise image de l’armée algérienne, le dernier accident de l’hélicoptère de l’ANP serait incompréhensible, d’autant qu’il intervient après de nombreux autres accidents ; et de les énumérer avec précision. Le média saoudien veut insinuer des doutes totalement dissipés par une simple lecture du communiqué du ministère de la Défense nationale (MDN) concernant le crash de l’hélicoptère de sauvetage relevant des forces navales survenu lors d’une patrouille de nuit dans la wilaya de Tipasa.

En fait, une étude sérieuse et rigoureuse aurait surtout imposé de pondérer la série d’accidents en la rapportant au volume du trafic et aux circonstances dans lesquelles ils se produisent. Car ce média saoudien semble oublier que l’Algérie est en guerre permanente contre le terrorisme et que ses forces sont constamment en alerte pour faire face à toute attaque qui viendrait soit de l’intérieur du pays soit de l’extérieur de ses frontières, où l’instabilité menace sa sécurité intérieure.

Al-Arabiya devrait savoir également qu’en matière de crash d’appareils militaires, l’Arabie Saoudite n’est pas du tout épargnée. Le royaume en a connu plusieurs et les spécialistes ont noté avec surprise que le bilan de ces accidents sur quelques années à peine constitue une série inquiétante. Il n’y a rien de plus facile que d’appliquer à l’Arabie Saoudite l’exercice auquel s’est adonné le média saoudien et faire le décompte, en s’appuyant sur les informations archivées sur le net des accidents d’avions militaires qui ont affecté l’armée de l’air de ce pays.

L’énumération des récents accidents de l’aviation saoudienne est fastidieuse, tout autant que sa lecture sans doute, mais nécessaire. 14 janvier 2012, un Mirage 2000 D de l’escadron de chasse 3/11 Corse, basé à Djibouti, est entré en collision avec un F-15 de la Royal Saudi Air Force, dans la région de Tabouk, dans le nord-ouest de l’Arabie Saoudite, au cours d’un exercice ; 29 avril 2012, un avion de chasse saoudien de type F-15 s’est écrasé à l’entraînement dans la région de Tabouk, dans le nord-ouest du royaume ; 5 décembre 2012, un Hawk saoudien s’est écrasé suite à une collision avec un oiseau dans la région de Tabouk, au nord-ouest du royaume ; 12 février 2013, un Tornado de la Royal Air Force saoudienne se crash à Dhahran, durant un entraînement de routine ; février 2015, un hélicoptère militaire s’est écrasé à l’ouest de la cité militaire King Khalid, à Hafa Al-Batin, durant une mission d’entraînement et a emporté avec lui la vie des quatre membres d’équipage ; 26 avril 2015, un avion d’entraînement de l’armée de l’air saoudienne, appartenant à la King Faisal Air Academy (une école militaire de pilotage), s’est écrasé durant un entraînement, tuant ses deux pilotes ; aucune information n’a été fournie sur le type de l’avion, le lieu du crash ou les causes de l’accident. Plus récemment, le 18 avril 2017, un hélicoptère Black Hawk saoudien s’est écrasé dans la province yéménite de Marib, faisant 12 morts parmi les militaires. Une enquête visant à expliquer les circonstances du crash de l’appareil a été ouverte.

Les accidents d’avions militaires touchent tous les pays. En décembre 2016, un militaire américain a été retrouvé mort après la chute de son avion de combat, un F/A-18, qui s’était abîmé en mer au large des côtes sud-ouest du Japon. Le même mois, treize personnes ont été tuées lorsqu’un avion de transport militaire Hercules C-130 s’est écrasé quelques minutes avant l’atterrissage dans une région montagneuse de la province indonésienne de Papouasie occidentale. Les accidents d’appareils militaires sont fréquents en Indonésie. Le 5 juillet 2016, en Turquie, un hélicoptère militaire avec à son bord 14 militaires s’est écrasé pour une raison encore inconnue dans le nord-est du pays ; six morts sont à déplorer. Le 22 août 2015, un avion de chasse Hawker Hunter des années 1950 s’est écrasé à Brighton, sur la côte sud de l’Angleterre, lors d’un meeting aérien. L’appareil a percuté plusieurs voitures sur l’A27. 11 morts sont à déplorer.

En conclusion, il est clair que l’intention du média saoudien n’a rien de l’information objective et de l’éclairage à donner à l’opinion publique. Il s’agit d’une intention malveillante de toute évidence à l’égard de l’Algérie.

Houari Achouri / Algeriepatriotique

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]