Législatives françaises: La diaspora algérienne récolte 3 sièges

Législatives françaises: La diaspora algérienne récolte 3 sièges

La communauté algérienne établie en France n’a réussi qu’à remporter trois sièges à l’Assemblée nationale française à l’occasion du second tour des élections législatives, dont “LREM” a obtenu la majorité des sièges.

Brahim Hammouche, docteur et fils d’un immigré algérien s’est illustré lors des législatives françaises en obtenant un siège sous la couleur de “Modem” dans la 8e circonscription de Moselle avec presque 10 points d’écart sur son rival Hervé Hoff du Front national (FN).

De son côté, Fadila Khattabi (origine algérienne) a été élue députée LREM de la 3e circonscription de Côte-d’Or avec 65.32% des suffrages loin devant le candidat FN, Jean-François Bathelier 34.68%.

Belkhir Belhaddad a été élu député de la 1e circonscription de Moselle sous la bannière de LREM d’Emmanuel Macron.

La surprise fut la défaite de l’Algérienne, Leila Aïchi  qui  a pourtant légèrement battu au premier tour le Marocain M’jid El Guerrab dans la 9e circonscription des Français de l’étranger comprenant plusieurs pays (Maghreb, Afrique de l’Ouest).

Rappelons que l’investiture de Leila Aïchi  sous la bannière de LREM a suscité une polémique autour de sa position vis-à-vis de la question sahraouie, ce qui  a poussé la direction du parti de la remplacer  par  M’jid El Guerrab. La  sénatrice  a fini par se présenter sous l’étiquette du Modem  de François Bayrou, allié stratégique d’Emmanuel Macron lors de la présidentielle du mai dernier.

Ce qui remet au goût du jour le conflit non déclaré entre Alger et Rabat autour  de la représentation de la communauté maghrébine dans l’Hexagone, sachant que Aïchi  a accusé la sénatrice d’origine algérienne, Bariza Khiari  d’être derrière la campagne menée contre elle pour des considérations liées à l’influence et à la lutte politique d’autant plus que les deux femmes appartiennent à la même communauté.

Le maigre butin de trois sièges à l’Assemblée nationale française ne fait que confirmer la division de la communauté algérienne en France et son échec aux législatives qui pourraient être une étape en prévision des enjeux d’avenir, dont la défense des intérêts de la communauté algérienne établie dans ce pays européen.

Echoroukonline

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]