Benyoucef Mellouk : l’interminable combat du dénonciateur des magistrats faussaires

Déni de justice, poursuites de tous genres et mépris : après plus de 25 ans de lutte, Benyoycef Mellouk n’est pas au bout de ses déboires. Confronté à plusieurs plaintes qui l’opposent à d’anciens responsables gouvernementaux, le dénonciateur des magistrats faussaires a appris, presque par hasard, que la justice a finalement prononcé la relaxe dans une des affaires dans lesquelles il est jugé.

Sauf qu’à sa grande surprise, l’ancien fonctionnaire du ministère de la Justice a buté, une nouvelle fois, sur la « primauté du politique sur le judiciaire ». Parti récupérer ce fameux jugement, le procureur de la République près la Cour d’Alger a répondu par la négative. La raison ? «Je me suis présenté (…) à la Cour. Le parquet refuse de me remettre le jugement de relaxe au motif de ne pas provoquer un scandale à la veille de cette période marquée par la campagne électorale », a révélé Mellouk, cité par El Watan. Même on avocat, Mokrane Aït-Larbi, n’a pas réussi à obtenir le document innocentant son client.

Ancien fonctionnaire du ministère de la Justice, Benyoucef Mellouk est l’homme qui a fait éclater depuis les années 1980 le scandale des magistrats “faussaires”. Il s’agit des hauts fonctionnaires de la justice qui ont dû présenter de faux documents attestant de leur participation à la guerre de libération nationale. Depuis, les déboires de Mellouk ont commencé. Il fait face à plusieurs procès et a même fait de la prison. Il a perdu son emploi. Mais l’homme est toujours déterminé à « aller jusqu’au bout ».

Algeriepart / Abdou Semmar

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]