L’Administration algérienne prête à organiser des élections électroniques dès 2022

L’Administration algérienne prête à organiser des élections électroniques dès 2022

Le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a indiqué mercredi que l’Administration algérienne sera en mesure d’organiser des élections électroniques à partir des législatives de 2022.

« Nous serons prêts en tant qu’Administration, à organiser des élections électroniques, à partir des législatives de 2022 et avec des compétences algériennes », a déclaré M. Bedoui dans un entretien à la Radio Algérie internationale, soulignant cependant que « la décision de recourir à ces élections (électroniques) appartient aux hautes autorités du pays ».

Estimant que « 2017 a été l’année des élections par excellence à travers les deux importantes échéances qu’ont été les législatives et les locales », M. Bedoui s’est félicité du « respect des échéances constitutionnelles après des perturbations dans le passé qui ont eu des résultats négatifs tant sur le plan national qu’international ». « L’image de l’Algérie a été construite à travers le respect de ces échéances électorales », a-t-il soutenu.

Dans ce cadre, le ministre de l’Intérieur a fait état « d’une révision de l’organisation administrative actuelle dans le cadre d’une proposition qui sera transmise au Gouvernement pour la création de Directions locales des élections », étant donné le caractère permanant de l’opération électorale.

Concernant les critiques relatives au corps électoral, M. Bedoui a précisé que celles-ci « ont baissé cette année grâce au recours à la technologie pour l’assainissement des listes électorales, permettant la suppression de 1.300.000 noms pour cause de décès et d’inscriptions multiples ».

S’agissant de l’évaluation des deux échéances électorales organisées en 2017, M. Bedoui a réitéré qu’elles « se sont déroulées dans de bonnes conditions », ajoutant qu’elles ont permis « la concrétisation des nouvelles valeurs constitutionnelles issues de la Constitution amendée, à savoir la démocratie, la liberté d’expression, d’opinion et de la presse ainsi que la consolidation de la place du citoyen et toutes les conditions juridiques réunies à la faveur de la révision du code électoral et le traitement de certaines omissions enregistrées dans le précédent ».

Rappelant l’installation de l’ensemble des Assemblées populaires communales et de Wilayas (APC/APW), issues des élections locales,  le ministre a indiqué qu’ »un autre travail nous attend en matière d’accompagnement des nouveaux élus en termes de formation et d’instructions nécessaires pour le développement local et la création de la richesse sur la base des potentialités locales ».

Par ailleurs, M. Bedoui a salué le travail accompli par la Haute instance indépendante de surveillance des élections (HIISE),  « instance permanente et indépendante avec un pouvoir de proposition, a-t-il dit, faisant état d’une réunion entre le Ministère et cette Instance « dans quelques semaines pour une évaluation du travail accompli et l’examen de mesures supplémentaires pour l’amélioration le régime électorale »

Aps

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]