Il est rattaché à l’instance qui gère Club-des-Pins : Le parc de Benaknoun officiellement dissout

Il est rattaché à l’instance qui gère Club-des-Pins : Le parc de Benaknoun officiellement dissout

Pour la énième fois, le parc d’attraction de Benaknoun change de propriétaire. Après avoir été géré par les services de la wilaya d’Alger, puis du ministère de l’Agriculture, le parc « zoologique » a été affecté, par décret, aux services de l’Entreprise de gestion touristique de Sahel. L’établissement actuel est dissous, selon un décret exécutif qui vient de paraître au journal officiel.

C’est donc à cet établissement, que gère le controversé Hamid Melzi, qui a surtout la charge de s’occuper de la résidence d’Etat de Sahel, à Club-des-Pins, qu’il reviendra de gérer le parc d’attraction de Benaknoun. «Les biens, droits et obligations de l’établissement public à caractère industriel et commercial dissous, sont transférés à l’entreprise publique économique Société d’investissement hôtelier (SIH) selon les formes et procédures établies en la matière», stipule l’article 3 de ce décret signé par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, qui ajoute que «la gestion des biens relevant du domaine public, assurée par l’établissement public à caractère industriel et commercial Parc zoologique et des loisirs La concorde civile dissous, est transférée à la société d’investissement hôtelier (SIH) conformément à la législation et à la réglementation en vigueur», note le décret exécutif n° 18-41 du 23 janvier 2018.

Le Parc de Benaknoun va donc changer de vocation. De parc d’attraction et de loisirs qu’il est actuellement, cet ensemble de 300 Hectares, qui comprend notamment une forêt de 200 hectares, une aire de jeu, un zoo et deux hôtels, va devenir certainement un lieu touristique qui aura comme première vocation de générer de l’argent. Car, depuis que les autorités se sont quasiment désengagée de sa gestion, le parc zoologique est laissé à l’abandon ; ses équipements sont tombés en ruines et les rares animaux qui y sont encore élevés sont abandonnés à leur triste sort.

Il reste à savoir maintenant quel sort sera réservé aux employés du parc qui ont toujours dénoncé leurs conditions de travail déplorables.

Saïd Sadia/ Algeriepart

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]