Les réserves d’or en Algérie s’élèvent à plus de 173 tonnes

L’Algérie prévoit de réaliser en 2018 une production de l’ordre de 286 kg d’or, a indiqué, jeudi, le ministre de l’Industrie et des mines, Youcef Yousfi.

Le ministre a, en effet, annoncé  que l’Entreprise d’exploitation des mines d’or « ENOR » (filiale du groupe Sonatrach) connaîtrait une embellie financière continue en 2018, avec une production aurifère qui devrait atteindre 286kg.

Répondant à une question du député Baba Mohamed Ali (RND) sur les possibilités de développement de l’industrie minière, notamment la production de l’or et du ciment à Tamanrasset, M. Yousfi a indiqué que l’Enor prévoyait une augmentation de la production aurifère qui devrait passer de 137 kg en 2016 à 286 kg en 2018.

Cette embellie devrait contribuer à absorber le déficit de l’entreprise,qui était de -1,4 milliards Da en 2016 et-600 millions Da en 2017, pour atteindre -400 millions Da fin 2018.

A l’horizon 2019 ou 2020, l’entreprise devrait enregistrer des résultats financiers positifs, en procédant à un redressement budgétaire axé essentiellement sur les dépenses, a ajouté le ministre.

L’Enor a fait face à une situation financière difficile, induite par un partenariat infructueux avec une entreprise australienne, entre 2003 et 2011, pour l’exploitation des deux mines d’or à Tirek et Amessmessa (500 km au sud de Tamanrasset), mais le partenaire australien avait décidé en 2012 de quitter le pays, laissant l’entreprise nationale couverte de dettes.

Le partenaire étranger, qui était actionnaire majoritaire au sein de l’Enor, avait opté pour l’extraction des métaux proches de la surface(faciles à extraire) puis il a quitté le pays, en abandonnant l’entreprise nationale dans une situation financière difficile », a rappelé le ministre.

Le gouvernement avait décidé d’effacer 2 milliards Da de dettes en faveur de l’Enor et de lui affecter un crédit d’investissement à long terme d’une valeur de 3 milliards Da.

Apres avoir indiqué que l’industrie aurifère en Algérie était devenue coûteuse suite aux difficultés financières enregistrées, M. Yousfi a affirmé que « les recettes de cette industrie ne couvrent même pas les charges salariales ».

En plus des mines d’Amessmessa et de Tirek, le ministre a fait état d’un projet, en cours d’étude, pour l’exploitation de l’or à Tiririne(Tamanrasset).

Le ministre a précisé que son département attendait les résultats de ces études, avant de décider le lancement ou pas des travaux de la réalisation de ce projet.

L’Algérie occupe la 3e place à l’échelle arabe et la 25e à l’échelle mondiale dans le classement du Conseil mondial de l’or, des réserves mondiales de l’or, publié début 2017.

Les réserves d’or en Algérie s’élève à 173,6 tonnes, arrivant juste après l’Arabie Saoudite (322,9 tonnes) et le Liban (286,8 tonnes).

Algerie1 /  Par Lila Ghali

 
Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]