Un avion d’Air Algérie perd une roue au décollage de Toulouse

Un avion d’Air Algérie perd une roue au décollage de Toulouse

C’est le deuxième incident du même type en peu de temps. Un avion de la compagnie Air Algérie a perdu une roue au départ de l’aéroport de Toulouse-Blagnac.

C’est avec un élément du train d’atterrissage en mois qu’un avion d’Air Algérie a quitté, le jeudi 8 février, la piste de décollage de l’aéroport de Toulouse-Blagnac. L’avion concerné est un Boeing 737-600 qui reliait la Ville rose à Oran, au nord-ouest de l’Algérie.

Une roue n’a pas été retrouvée
Selon les premières constatations, l’avion « au décollage aurait perdu une pièce métallique qui appartiendrait à la roulette de nez », c’est-à-dire « un élément du train d’atterrissage situé sous le nez de l’avion », a précisé à l’AFP un porte-parole du Bureau d’enquêtes et d’analyses (BEA).

La direction de l’aéroport de Toulouse a indiqué à l’agence de presse qu’ « un axe de roue sectionné (…) a été retrouvé sur la piste, mais pas la roue ». Ce qui a logiquement conduit à quelques ennuis à atterrissage à Oran.

Un atterrissage compliqué
L’agence Sabqpress décrit un atterrissage « en catastrophe ». Elle précise que le commandant de bord a eu d’importantes difficultés à stabiliser son appareil. Bien que prévenu au décollage de la chute d’un objet, le même pilote avait décidé de ne pas faire demi-tour, toujours selon le média.

Au Bureau d’enquêtes et d’analyses, aucune enquête n’a encore été ouverte « à ce stade », selon l’AFP. « Nous nous coordonnons avec les autorités algériennes, l’avion étant arrivé à Alger », explique une source.

Des catastrophes en série
Sur son site Internet, Le360afrique fait la liste des récents incidents de la compagnie Air Algérie : la perte d’une roue, déjà, en 2016 ; un turboréacteur qui prend feu en plein vol au début du mois de février ; en janvier, l’armée française avait intercepté un avion de la compagnie qui ne répondait pas à la radio… En 2014, un de ses avions s’étaient crashés au Mali. Le journal s’en inquiète : « A ce rythme, les autorités aéronautiques seront bientôt obligées d’interdire la compagnie algérienne ».

Air Algérie, sollicité par l’AFP, n’avait pas réagi mardi.

Leparisien / avec AFP
Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]