Garde à vue de Nicolas Sarkozy : Nadine Morano dénonce un «acharnement» (INTERVIEW)

Garde à vue de Nicolas Sarkozy : Nadine Morano dénonce un «acharnement» (INTERVIEW)

Nadine Morano a commenté, pour RT France, le placement en garde à vue de Nicolas Sarkozy, dans l’affaire du financement libyen supposé de la campagne présidentielle de 2007. Elle a déploré «un traitement très particulier» de la justice.

Contactée par RT France afin de réagir à la mise en garde à vue de Nicolas Sarkozy le 20 mars, dans le cadre de l’enquête portant sur le supposé financement libyen de sa campagne présidentielle en 2007, la députée européenne (Les Républicains – LR) Nadine Morano a déploré le «traitement très particulier» que la justice réserve, à ses yeux, à l’ancien chef de l’Etat.

«C’est la deuxième fois qu’il se retrouve en garde à vue et pour autant jamais Nicolas Sarkzoy n’a été condamné à quoi que ce soit […] Il a beaucoup été mis en cause, il a bénéficié de trois non-lieu», a-t-elle déclaré, faisant notamment référence à l’affaire Betancourt, dans laquelle Nicolas Sarkozy avait été un moment suspecté d’abus de faiblesse à l’égard de Liliane Bettencourt, héritière du fondateur du groupe de cosmétiques L’Oréal.

«J’observe que [Emmanuel] Macron est en chute libre dans les sondages, que les retraités sont excédés par la CSG […] puis d’un coup, on nous sort : “Nicolas Sarkozy est mis en garde à vue”. Il y a des concordances qui sont un petit peu bizarres», a-t-elle ajouté. Selon l’eurodéputée de droite, Nicolas Sarkozy est victime d’un «acharnement».

Francais.rt

 

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]