Yamina Benguigui obtient 9 milliards de centimes de l’Algérie pour faire son film…français

Yamina Benguigui obtient 9 milliards de centimes de l’Algérie pour faire son film…français

Alors que les réalisateurs algériens ont tout le mal du monde pour obtenir un financement, la réalisatrice franco-algérienne Yamina Benguigui aurait bénéficié d’un budget de 9 milliards de centimes, pour financer son dernier film « Sœurs » a rapporté le quotidien El Khabar dans son édition de vendredi.

La productrice et réalisatrice d’ «Inchallah Dimanche » a fait pression sur les responsables algériens pour faire accepter le scénario et obtenir lefinancement , alors que la production est essentiellement concentrée en France.

Pour faire accepter son projet en Algérie, la réalisatrice aurait fait peser de tout son poids politique d’ancienne ministre française de la Francophonie…… elle a en tout cas obtenu gain de cause, puisque elle a signé un contrat de coproduction avec le CADC.

Cette affaire a eu des conséquences dans le paysage cinématographique algérien, puisque le président de la Commission du Fdatic de l’époque Tahar Boukella,  qui n’a pas validé son projet, a démissionné de son poste. Il avait inscrit sept remarques dans sa fiche de synthèse. De plus l’apport de la coproduction française n’était pas inscrit.

Même si Yamina Benguigui a réussi à passer le cap difficile du Fdatic et à obtenir le financement nécessaire pour faire son film, elle n’a encore tourné aucune une image, alors qu’elle avait projeté de commencer à filmer le 8 mars à l’occasion de la journée de la femme.

Il faut dire que le projet de Yamina Benguigui « Sœurs » reprend les mêmes ingrédients de ses films précédents : La condition de la femme musulmane, la nostalgie et surtout le poids des traditions et de la religion.

Sur le plan production, la réalisatrice avait obtenu l’accord de principe pour un casting impressionnant, mais depuis que le projet est  devenu incertain, certaines comédiennes qui étaient  inscrites dans le casting ont opté pour d’autres projets.

Parmi les comédiennes prévues : Isabelle Adjani. La comédienne franco-algérienne avait longtemps hésité avant de donner son accord pour se joindre au casting, composé également d’Elsa Zylberstein et Rachida Brakni.  

Après l’échec de la suite du téléfilm Aicha, la star d’origine algérienne Isabelle Adjani, avait souhaité ne plus travailler avec Yamina Benguigui.

Enfin, la productrice et réalisatrice de « Mémoire d’immigrés » a perdu de son influence depuis ses ennuis judiciaires.  L’ancienne ministre de la francophonie a été en effet condamnée en 2017 à un an d’inéligibilité. Elle était poursuivie pour avoir fourni une déclaration de patrimoine incomplète à trois reprises entre 2012 et 2014.

Mais en Algérie elle n’a pas encore perdu ses relais et tente d’en profiter pour refaire surface sur le plan cinématographique.

Amel Benchaib Dia-algerie.com

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]