Le prince William considère Jérusalem comme un “territoire occupé”

Le prince William considère Jérusalem comme un “territoire occupé”

Le prince William, second dans la lignée à la succession au Trône Britannique, a provoqué une véritable levée de boucliers dans les milieux sionistes et partisans de la doctrine de l’occupation, par tous les moyens des territoires Palestiniens, en Israël, en considérant Al-Quds comme étant un “territoire occupé“.

En effet, le Palais de Kensington avait indiqué dans un communiqué que “le programme des Territoires palestiniens occupés commencera par un aperçu de l’Histoire et de la Géographie de la vieille ville de Jérusalem”.

Une position clairement soulignée à quelques jours  du début du périple du prince William dans la région du Proche-Orient avec une première halte en Jordanie, suivie d’une visite en Israël et une une tournée historique, la première d’un membre de la famille Royale Britannique d’un tel rang en Palestine.

Ce déplacement intervient dans une conjoncture dominée par la poursuite des manifestations des populations de Gaza dans le cadre de la marche du grand retour, des manifestations sauvagement réprimées par l’armée Israélienne.

Le prince William accompagné de son épouse Kate Middleton, duchesse de Cambridge, sont attendus à partir du 27 du mois en cours dans  les territoires palestiniens occupés, où il devraient  se rendre à Ramallah pour rencontrer le président Palestinien Mahmoud Abbas, avant d’assister lors d’un passage à Al-Quds (Jérusalem) d’un bref exposé sur la vieille ville à partir d’un point de vue du mémorandum d’accord  des olives, précise en substance le communiqué du palais de Kensington, dont les termes soulignent sans aucune ambiguïté que la ville d’Al-Quds demeure un territoire sous occupation Israélienne.

En tous cas, ce qu’il faut surtout retenir, au delà des préparatifs de la tournée du prince William dans la région du Proche-Orient, c’est cette mise au point du palais de Kesington au sujet du statut actuel de la ville d’Al-Quds. Une position officielle d’un membre clef de la famille Royale Britannique, proche de celle du gouvernement Britannique qui continue de soutenir l’idée d’une solution à deux Etats.

Pour rappel, Londres avait d’ailleurs vite exprimé son désaccord avec la décision controversée du président Américain Donald Trump de proclamer unilatéralement la ville d’Alquds comme capitale d’Israël, en écartant toute initiative Britannique de transférer son Ambassade de Tel-Aviv vers Jérusalem.

Notons enfin que le ministre israélien des “Affaires de Jérusalem”, Ze’ev Elki, a critiqué le programme de la visite prévue du Prince William en Palestine et en Israël. Le ministre israélien a déclaré “qu’il est regrettable que le Royaume-Uni ait cherché à politiser la visite officielle (du Prince William)”.

“Jérusalem est la capitale unifiée d’Israël depuis plus de 3000 ans, et aucune déformation des faits ne changera la réalité. Je m’attends à ce que les conseillers Prince remédient à cette erreur”, a-t-il ajouté.

Algerie1 / Par Boudjemaâ Selimia (Londres)

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]