Agression d’un enfant subsaharien : La wilaya d’Annaba saisit la Justice

Agression d’un enfant subsaharien : La wilaya d’Annaba saisit la Justice

La wilaya d’Annaba a déposé plainte contre «X» pour violence envers un enfant subsaharien pratiquant la mendicité sur la voie publique, avons-nous appris par le biais d’un communiqué diffusé par la cellule de communication de la wilaya.

Une vidéo montrant un enfant subsaharien frappé violemment par un Algérien au niveau de la station de bus Souidani Boudjemâa, est diffusée sur les réseaux sociaux depuis la matinée de ce mercredi, choquant nombre d’internautes. La vidéo montre un enfant subsaharien qui demandait l’aumône à un homme de forte corpulence, giflé par ce dernier, avec une force telle qu’il est renversé par terre sur un sol trempé par la pluie. Le coup donné dans l’intention de faire très mal est accompagné d’une insulte vulgaire de la part de l’homme qui semble être le chauffeur ou le receveur du bus dans lequel il monte juste après avoir commis l’acte scandaleux. Des ricanements se font entendre autour de l’enfant immédiatement après le coup, ils proviennent sans doute de l’assistance complice.

Ces rires des témoins complices se font plus stridents lorsque l’enfant choqué et perdu se met à pleurer. Au même moment, un deuxième homme incite un autre enfant subsaharien à frapper le premier qui était à ce moment-là encore en sanglots. Une scène des plus choquantes qui rappelle les conditions inhumaines dans lesquelles vivent les migrants subsahariens, surtout leurs enfants, et le comportement indigne qu’ont malheureusement de nombreux Algériens avec eux.

Il n’en fallait pas plus pour que la wilaya d’Annaba intervienne et saisisse la Justice. Une plainte a été déposée contre «X», pour maltraitance envers un enfant. La même institution a tenu à informer à travers un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux que «toute atteinte à l’intégrité physique ou psychologique d’une personne, sans distinction de sa race ou de sa nationalité, fera l’objet de poursuite pénales, conformément aux lois de la République».

Ce n’est donc, qu’une question d’heures avant que la Sûreté de Wilaya ne mette la main sur l’homme en question, vu les preuves qui se trouvent au niveau des policiers. Ce n’est pas la première fois que les réfugiés subsahariens sont victimes de violence ; depuis des années, ces pauvres se font malmener sous les yeux des autorités qui détournent le regard, histoire d’éviter les complications judiciaires en raison du statut flou de ces victimes. Agressions, rackets, réseau de mendiant et de prostitution de mineur… cette première décision prise par les autorités, va mettre sur la table de la Sûreté de wilaya des centaines d’affaires, aussi horribles et troublantes les unes que les autres.

Il est avant tout question du respect des droits humains, inaliénables, d’une communauté marginalisée. Le geste des autorités est, malheureusement, intimement lié au nombre de commentaires autour d’une vidéo qui aurait pu ne jamais voir le jour.

Par ailleurs, l’Organe national pour la protection et la promotion de l’enfance (ONPPE) a mis en place un numéro vert, pour dénoncer des atteintes aux droits de l’enfant (sans distinction de nationalité). Tout témoin d’une quelconque agression sur un enfant, notamment les subsahariens et les réfugiés de tout bord, peut dénoncer les actes inhumains en composant le numéro «1111».

 

Sadouki Soufiane

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]