Les accès d’Alger bloqués, les retraités de l’armée marchent vers la capitale

Les accès d’Alger bloqués, les retraités de l’armée marchent vers la capitale

Les accès d’Alger ont été bloqués lundi 24 septembre, avec une circulation virtuellement à l’arrêt, alors que les retraités de l’armée, rassemblés à la périphérie de la ville depuis quelques jours, ont entamé tôt le matin une marche vers la capitale.

Sur Facebook, des dizaines d’automobilistes ont parlé d’une circulation infernale un peu partout à Alger dès les premières heures. Ceux parmi eux à l’est de la capitale, notamment à Reghaia, Dar El Beida et Bab Ezzouar, ont rapporté un trafic quasiment à l’arrêt.

Les anciens soldats de l’armée nationale populaire, dont la protestation dure depuis près de deux ans, ont déjà organisé plusieurs marches un partout dans le pays et ont essayé à plusieurs reprises de manifester à Alger. Parmi leurs revendications, la réévaluation de leurs pensions de retraite et la révision de l’échelle des salaires, le dédommagement de leurs congés annuels non pris durant la décennie noire sous l’état d’urgence et la révision des valeurs  pensions des invalides de l’armée.

Sur les photos et les vidéos publiées sur les réseaux sociaux, on voit des milliers de retraités de l’armée en train de marcher vers Alger.

 

On voit également des véhicules complètement à l’arrêt et des voyageurs qui ont décidé de faire le reste du chemin à pied.

“Ils nous ont réprimé hier pendant des heures. Les vétérans de l’armée ailleurs sont honoré, chez nous ils sont réprimé”, entend-on un retraité s’indigner dans la vidéo (à partir de 25:00).

 

“Nous sommes des professionnels et nous sommes conscients. Nous n’avons pas fermé la route”, a-t-il ajouté en réponse à des commentaires qui ont accusé les manifestants d’avoir fermé la route.

 

D’autres photos montrent un nombre de véhicules de la gendarmerie stationnés sur l’autoroute vide. “Aucune voiture ne passe de Cosider vers Rouiba”, a affirmé l’internaute qui a publié l’image.

Les retraités de l’armée, rassemblés depuis 6 jours à Haouch El Mekhfi, une localité à la périphérie d’Alger relevant de la wilaya de Boumerdes, ont été jusqu’ici empêchés par les gendarmes d’accéder à la capitale. Selon El Khabar, les négociations entre les représentants des manifestants et le commandant régional de la gendarmerie ont échoué la veille, ce dernier insistant sur l’évacuation des lieux “avant le recours à la force et les retraités exigeant l’ouverture du dialogue avec des représentants du ministère de la Défense nationale.

Selon le journaliste Akram Kharief, les retraités ont subi la répression des gendarmes et des policiers ces derniers jours à Haouch El Mekhfi, dont des tirs de balles en caoutchouc et de gaz lacrymogène.

Je ne comprends pas qu’on utilise un tel niveau de violence contre des gens comme ça et je ne comprend pas pourquoi on ne négocie pas avec eux?”, s’est-il interrogé. 

HuffPost Algérie

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]