Les médecins algériens s’exilent ailleurs : Une grande saignée pour la santé

Les médecins algériens s’exilent ailleurs : Une grande saignée pour la santé

Des milliers de médecins algériens partent massivement à l’étranger. Selon les estimations du conseil de l’ordre des médecins, ils sont entre 10.000 et 20.000 exerçant en France et même en Europe. La sonnette d’alarme est tirée. C’est l’un des problèmes majeurs qui se pose pour la santé publique. Le conseil de l’ordre des médecins avait donné des estimations entre 10.000 et 20.000 médecins pour ces deux dernières années. Un autre indice révèle que prés de 5000 médecins ont quitté le territoire national et sont inscrits actuellement dans le conseil de l’ordre des médecins en France. Cette perte est imputée pour plusieurs raisons.

» Les médecins souffrent de manque de moyens et la formation n’est pas satisfaisante  » indique-t-on. Ce qui pousse beaucoup de médecins fraîchement diplômés à entamer une carrière à l’étranger même en acceptant de  » petits boulots  » ou à exercer parfois le travail d’infirmiers en attendant de compléter leurs cursus dans d’autres universités ou grands hôpitaux. Pour l’Algérie, l’impact est grandement ressenti face au déficit de médecins dans la plupart des établissements de santé. Selon un haut responsable de la santé  » le système de santé n’est plus en mesure de fournir des prestations aux populations  » et que  » les difficultés sont ressenties surtout dans les hôpitaux et les services de chirurgie « . Parfois, des régions entières et surtout dans le sud souffrent d’une absence flagrante de médecins, devenus une perle rare.

Ce sont également les conditions d’exercice déplorables qui lestent la pression sur les médecins qui les mettent sous pression et les condamnent à fuir cherchant d’autres horizons ailleurs. Une situation qui requiert selon ce haut responsable de  » trouver des solutions d’urgence  » notamment à pallier aux manques des médecins. Il faut noter que le conseil de l’ordre a eu une rencontre avec les responsables du département de Hazebellaoui où des recommandations ont été émises pour trouver une solution. Parmi les axes suggérés, c’est la reconsidération du statut social du médecin, la révision de certains points sur sa carrière, la protection exigée au sein des structures de santé contre toute forme d’agressions et la mise en place rapide d’un comité pour réfléchir sur la réforme de l’enseignement médical. Le dossier est d’une telle ampleur que les autorités doivent remédier par des solutions pratiques à ce phénomène.

 

Farid Larbaoui / Tribunelecteurs

 

 
Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]