Malmené à Tlemcen, Nekkaz suscite un élan populaire à Chlef

Malmené à Tlemcen, Nekkaz suscite un élan populaire à Chlef

Par Hani Abdi – Rachid Nekkaz fait encore parler de lui. Après avoir été malmené à Tlemcen, ce personnage politique pas comme les autres suscite la curiosité, mais visiblement aussi la sympathie de la population de Chlef, région natale de ses parents. En effet, après un périple qui l’a conduit à Oran et Aïn Témouchent, ce candidat à la candidature à la présidentielle du 18 avril prochain a bénéficié d’un accueil populaire chaleureux dans la commune de Moussadek, située au nord-ouest de Chlef, au cœur du Dahra.

Dès son arrivée dans cette commune, Rachid Nekkaz a été accueilli par des jeunes qui lui ont exprimé leurs encouragements et leur soutien à sa candidature pour la magistrature suprême. Nekkaz, qui a renoncé à sa double nationale française pour pouvoir se porter candidat à la présidentielle de 2014, veut tenter une nouvelle fois sa chance, en se lançant dans la bataille difficile de la collecte des signatures. Et c’est pour cette raison qu’il a décidé de faire la tournée de plusieurs wilayas.

Il ne semble nullement affecté par l’agression qu’il a subie à Tlemcen. Phénomène médiatique en essoufflement, Rachid Nekkaz tente de se relancer en usant des mêmes procédés qui lui ont permis d’être au devant de la scène politique à la veille de la présidentielle de 2014. Atténuant un tant soit peu son discours critique vis-à-vis du pouvoir, Rachid Nekkaz cherche ainsi par tous les moyens à passer le cap de la collecte des signatures qui lui permettrait de déposer son dossier de candidature au Conseil Constitutionnel avant le 4 mars .

Né en France, Rachid Nekkaz a déjà été candidat à la présidentielle française à plusieurs reprises. Il s’est distingué par son opposition à la loi interdisant le port du voile intégral dans les lieux publics en France. En 2014, il a accusé les autorités algériennes de l’avoir empêché de se porter candidat à la présidentielle face à Bouteflika, «en détournant le fourgon qui transportait ses parrainages le jour de l’expiration du délai de dépôt des dossiers de candidature». Depuis, il mène des actions de rue (rassemblements et sit-in) en Algérie et en France pour dénoncer les injustices et la corruption.

H. A.

Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]