Tiaret: Le projet de la ligne aérienne vers Frankfurt verra-t-il le jour ?

Tiaret: Le projet de la ligne aérienne vers Frankfurt verra-t-il le jour ?

C’est plutôt une bonne nouvelle à croire le chef de file des élus FLN à l’Assemblée nationale populaire, M. Bouriah Khaled, qui est aussi le mouhafedh du parti pour la wilaya de Tiaret.

En effet, le député Bouriah Khaled a annoncé dimanche qu’une rencontre est prévue dans les prochains jours avec le ministre des Transports et des Travaux publics, M. Abdelghani Zaâlane, et les représentants des compagnies aériennes Air Algérie et Tassili Airlines pour « discuter des modalités pratiques et des dernières retouches avant l’ouverture d’une ligne aérienne entre l’aéroport Abdelhafidh Boussouf de Tiaret et celui de Frankfurt en Allemagne », a-t-il déclaré. « Des discussions sont menées depuis des semaines avec les autorités centrales, le ministère des Transports notamment, pour étudier la possibilité d’ouvrir une ligne aérienne entre Tiaret et Frankfurt où réside une importante communauté algérienne, issue de la région de Tiaret, Relizane, Saïda et El Bayadh », a encore expliqué le député FLN, qui a ajouté « travailler en étroite collaboration avec son collègue, représentant de la communauté algérienne établie à l’étranger ».

Sans préciser la date à laquelle pourrait être inaugurée cette nouvelle ligne aérienne, l’élu national représentant de la capitale du Sersou a néanmoins indiqué que ce projet pourrait voir le jour d’ici l’été prochain. En jachère depuis de nombreuses années, l’aéroport «Abdelhafidh Boussouf» de Aïn Bouchekif, dans la wilaya de Tiaret, est considéré comme « un pur gâchis » par les Tiarétiens eux-mêmes.

Parmi les plus importants en Oranie, l’aéroport de Tiaret n’a jamais été véritablement exploité depuis sa création dans les années soixante-dix. A part quelques départs vers les Lieux saints de l’Islam ou quelques rares vols assurés par la défunte compagnie Khalifa Airways ou Air Algérie, l’imposante infrastructure aéroportuaire et ses équipements sont mangés par la poussière et la fiente des oiseaux. Pourtant, beaucoup d’argent a été dépensé pour la mise à niveau de l’aéroport dont le confortement de la piste sur une longueur de 3,2 km, la réalisation de voies secondaires et la modernisation de l’éclairage du tarmac.

En juillet dernier, dans une lettre adressée aux autorités locales et centrales, la population de Tiaret réclamait l’ouverture d’une ligne aérienne entre la capitale des Hauts-Plateaux de l’Ouest et des villes françaises comme Paris, Marseille ou encore Metz, comme c’est le vœu de nombreux Algériens originaires de l’ouest du pays et établis en Europe. Les signataires de la pétition ont également interpellé les élus de la wilaya (députés et sénateurs) pour la situation de l’aéroport de Tiaret fermé de facto «alors qu’il est l’un des plus importants et des plus grands de tout le pays», selon la missive adressée sous le sceau de l’urgence au Premier ministre Ahmed Ouyahia et au ministre des Transports.

Par El-Houari Dilmi / Lequotidien-oran

 

 
Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]