Prison d’El Harrach: pas de cellules VIP pour Rebrab, Haddad et les Kouninef

Prison d’El Harrach: pas de cellules VIP pour Rebrab, Haddad et les Kouninef

De quoi écarter l’hypothèse selon laquelle les hommes d’affaires qui y sont incarcérés bénéficient d’un traitement de faveur particulier au détriment des autres prisonniers, c’est ce qu’a affirmé à Echorouk une source près la Direction générale de l’administration pénitentiaire.

Même traitement pour El Bouchi, Khalifa et Achour Abderrahmane

D’après notre source, tous les prisonniers sont soumis aux mêmes lois et au même règlement intérieur régissant les établissements pénitentiaires répartis sur l’ensemble du territoire national. C’est dire que les hommes d’affaires détenus récemment à la prison d’El Harrach, à l’image de Issad Rebrab, Haddad, les frères Kouninef et Kamel Chikhi sont traités de la même façon que leurs codétenus incarcérés antérieurement, comme Abdelmoumen Khalifa – condamné à 18 ans de réclusion-, Abderrahmane Achour qui écope lui-aussi d’une même peine dans une affaire de dilapidation de 3200 milliards de centimes.

A ce sujet, Me Farouk Ksentini a précisé que les hommes d’affaires écroués à la prison d’El Harrach sont soumis aux mêmes lois, et ce quelque soit leur statut, et c’est valable d’ailleurs pour tous les autres établissements pénitentiaires, ajoutant qu’un détenu a droit à une visite de ses proches une fois chaque quinze (15) jours.

Pour l’avocat, ces procédures sont à la fois liées à des considérations sécuritaires ainsi que pour atténuer tant soit peu la pression sur les agents des prisons en l’occurrence les agents de fouille, sachant que les contrôles y sont rigoureux.

Me Ksentini a ajouté que la direction des prisons a interdit toute visite des avocats à leurs clients détenus pendant le weekend -le vendredi et le samedi-, tout en pouvant en revanche leur rendre visite les autres jours de semaine.

Pour sa part, Me Boudjemaâ Ghechir a indiqué que les hommes d’affaires – placés en détention provisoire à la prison d’El Harra- sont traités de la même manière comme tout autre prisonnier, expliquant que les détenus jouissent du droit au soin, à l’enseignement et ce conformément aux articles du code de l’organisation pénitentiaire et de la réinsertion sociale des détenus.

Nouara Bachouche / Traduit par: Moussa. K.

 
Related articles
[fbcomments url="http://peadig.com/wordpress-plugins/facebook-comments/" count="off" num="3" countmsg="wonderful comments!"]
0 Comments

No Comments Yet!

You can be first to comment this post!

Leave a Comment