MALAISE A AIR ALGERIE DE GENÈVE…

2
vues

Notre rédaction a été destinataire d’un rapport détaillé dans lequel un compatriote algérien, victime d’un préjudice moral et d’agression, relate les faits et dévoile comment il a été chassé manu militari de l’agence Air Algérie de la Représentation Suisse-Autriche pour avoir osé réclamer un droit pourtant garanti par la règlementation en vigueur de cette succursale.

Quels sont donc les hauts faits de ce scandale regrettable puisqu’il a fallu l’intervention de la police suisse pour s’interposer et donner fin à cette mascarade qui aurait pu, avec un peu plus de circonspection et de professionnalisme, être sagement et définitivement éludée ?

Ce concitoyen a chargé une amie de lui effectuer une réservation. Au niveau de ladite agence, et après avoir effectué cette formalité de routine, l’agent chargé de la prestation de ce service accula la mandataire de payer sur place la réservation. Même si cette procédure est jugée fortuite, la cliente s’exécuta poliment en effectuant le versement par carte bancaire. Cependant, pour des raisons jusque-là injustifiées, le préposé redemanda la carte bancaire pour enregistrer son numéro et sa date de validité. De peur d’une utilisation frauduleuse sur Internet, cette amie tergiversa et refusa d’acquiescer à cette demande. Le billet est systématiquement annulé.

Voulant s’enquérir des tenants et de ces aboutissants de ce refus injustifié au niveau de l’agence, le concerné lui-même a été victime d’un veto méprisant de la part des agents en exercice, particulièrement Monsieur HANSALI, Chef de comptoir, qui lui signifia une fin de non-recevoir. Le ton monte, la situation se dégénère. C’est à ce moment que Madame Wissam BENBARTAOUI, la gérante des lieux, afficha une note dans laquelle elle notifia l’interdiction d’accès à ce concitoyen dans cette agence pendant une année, à compter de la date de survenue de l’incident, autrement dit à partir du 08/02/2019, une décision jugée inconcevable et despotique par ce concitoyen.

Il est utile de savoir Wissam BENBARTAOUI n’est autre que l’épouse d’Abdelhamid Ahmed BENBARTAOUI, nommé en 2017 pour un mandat de quatre ans au sein de la mission permanente d’Algérie de l’ONU à Genève, en qualité de Premier Secrétaire. Ce dernier aurait été rappelé récemment à Alger selon nos sources.

Par ailleurs, il faut savoir que la loi algérienne interdit à l’épouse d’un fonctionnaire diplomatique envoyé en mission à l’étranger d’occuper un poste au sein d’une entreprise publique algérienne dans le même pays. Et pourtant, depuis juin 2018, Mme Wissam BENBARTAOUI a raflé un poste prestigieux à Air Algérie Genève et ce à moins d’un an après l’installation de son époux à la mission permanente dans ce même pays. Une violation flagrante de la loi en vigueur dans notre pays.

Facebook Comments